Gouvernance

3 compétences clés pour le comité d’audit de votre société et son Président

De plus en plus de travail est délégué aux comités spécialisés par le conseil d’administration. Le comité d’audit joue un rôle particulièrement crucial, car il continue d’élargir ses missions en matière de surveillance des risques et en tant que garant des finances de l’entreprise. Le président de ce comité voit ainsi sa charge de travail, mais également ses responsabilités et leur importance grandir. Quelles sont les compétences requises aujourd’hui pour ce dirigeant ? Helen Weir, membre du comité de direction de Just Eat et Superdry les résume à :

  • une expérience confirmée
  • un scepticisme affirmé
  • une bonne relation avec le management.

 

1. Une expérience en tant que directeur financier est préférable pour le Président du comité d’audit

 

L’un des profils les plus appréciés pour être à la tête d’un comité d’audit est d’avoir été directeur financier. 36 % des présidents de comité d’audit ont exercé dans la direction financière d’une société, selon l’étude réalisée par le cabinet spécialisé Didier Vuchot Consultants en 2017. Cela permet de s’assurer simplement que le candidat dispose des compétences nécessaires à l’exercice de ce mandat.

Le comité d’audit requiert, en effet, une maîtrise du domaine de la finance que son président doit impérativement posséder. Son expérience lui permet de savoir quels sont les aspects qui vont poser des problèmes et donc de mieux les détecter et les appréhender, selon Helen Weir de la direction de Just Eat.

Avoir exercé en tant que directeur des services financiers prouve que le candidat dispose automatiquement de l’arsenal complet du parfait Président du comité d’audit. Cela démontre qu’il connaît le domaine de la finance, les savoir-faire nécessaires pour ce type de poste et le savoir-être d’une mission hautement sensible. Ainsi, il dispose des compétences techniques pointues qui vont être indispensables au comité d’audit.

Un ancien directeur financier sait examiner les comptes d’une entreprise et établir les critères de choix d’un commissaire aux comptes. Il connaît déjà les profils de collaborateurs avec lesquels il va travailler. Il saura rapidement instituer le dialogue avec les équipes salariées du service financier, en priorité avec ceux en charge de l’audit et du contrôle interne. Sa connaissance de la conformité, des normes comptables… est très appréciable pour présider le comité d’audit. Ainsi, lorsque votre société souhaite recruter un nouveau responsable de ce comité spécialisé, elle peut commencer ses recherches en ce sens.

 

Êtes-vous à la recherche de votre nouveau Président du comité d’audit ?

Découvrez Diligent Nominations, une base de données complète et internationale, utilisée par les plus grandes sociétés et cabinets de chasse de tête pour identifier et recruter les mielleurs profils selon vos besoins. En savoir plus.

 

2. Un scepticisme professionnel pour présider avec succès le comité d’audit

 

Pour parfaitement piloter le comité d’audit, il est bon de pouvoir compter sur un président qui use d’un grand scepticisme professionnel. Comme le précise Helen Weir, c’est ce qui amène à se poser la question du pourquoi, ce qui fait sens ou non. Cette qualité représente le questionnement qui amène à prendre des décisions.

Ce scepticisme sera très important lors des réunions, relativement nombreuses, qu’exige le poste de Président du comité d’audit. En effet, cette rigueur intellectuelle va l’aider à trouver plus justement sa place entre les commissaires aux comptes, le top management, les membres de la direction financière… Il faut qu’il puisse avoir les épaules suffisamment larges pour les lourdes et complexes responsabilités de la fonction.

Son scepticisme est ainsi fondamental pour le comité d’audit puisque c’est la direction financière qui conserve la responsabilité de l’élaboration des documents financiers. Cette dernière va mettre au point les processus afférents, élaborer l’information financière, définir les dispositifs de contrôle interne et de gestion des risques…

Dès lors, pour présider le comité d’audit, il est indispensable d’examiner avec circonspection et d’un œil critique les éléments présentés. Il doit piloter avec autorité, impartialité et rigueur le suivi du travail de la direction financière (information financière, contrôle interne, gestion des risques, politique financière, informations prévisionnelles, comptes annuels et comptes consolidés, opérations de fusion / acquisition / cession…), du contrôleur légal des comptes, des cabinets d’audit éventuellement recrutés… Cette fonction requiert une certaine surveillance active avec un rôle de vigie éthique essentiel.

Plus encore que pour les autres membres du comité, le président doit savoir prendre le recul nécessaire à l’examen de tous ces documents. Il doit avoir la capacité, avec bon sens, organisation et rigueur, de ne pas se perdre dans l’abondance de données et s’appuyer sur des informations synthétiques. Lors des réunions du comité, il doit pouvoir asseoir son autorité avec compétences et éloquence tout en faisant preuve d’un grand sens de l’écoute et d’une forte capacité à solliciter le débat.

Par ailleurs, pour éclairer ses choix, il doit pouvoir choisir selon les meilleurs critères les experts ad hoc. Ainsi, son scepticisme pourra l’appuyer pour parfaitement examiner les profils adéquats, indépendants et compétents. Au sein de son comité, du conseil d’administration et de l’entreprise, il doit pouvoir travailler en équipe avec adaptabilité et indépendance.

 

3. Une relation forte entre le président du comité d’audit et la direction de la société

 

Sachant que le comité d’audit n’a pas pour vocation de se substituer au management de la société, il est essentiel qu’il travaille avec lui en parfaite intelligence. Il s’agit bien sûr en priorité de la direction financière et de ses départements dédiés à l’audit interne et au contrôle des risques, mais également la direction générale, sans oublier le conseil d’administration.

Helen Weir, lors de son interview par Inside Europe’s Boardroom, évoque l’importance d’avoir une relation de confiance entre le président de ce comité spécialisé et le management. Celui-ci doit savoir que le président est bien de son côté et ce dernier doit bien comprendre les affaires pour pouvoir être à même de donner les conseils les plus avisés. Chacun doit respecter le travail de l’autre.

Ce rôle de surveillant des informations financières, du contrôle des risques, de la conformité, de l’audit interne… est crucial à la bonne gouvernance de la société. Aussi, le dialogue étroit et constant entre le président du comité d’audit et la direction de l’entreprise est capital. Si des signaux d’alerte sont détectés dans le cadre de sa mission, il importe d’en faire part au top management. Le dirigeant du comité d’audit a d’ailleurs la possibilité d’associer la direction de la société à ses réunions.

Il doit pouvoir jouer un rôle d’expert financier auprès de la direction générale et apporter un éclairage et une clairvoyance profitable aux décisions stratégiques. Créer une « relation de proximité et de confiance » avec la direction est alors une excellente voie. Il va être très profitable d’instaurer « un climat propice aux échanges libres et transparents », selon KPMG. La direction générale pourra alors profiter en amont des avis éclairés émis par le comité d’audit et des analyses approfondies de l’entreprise.

 

De nombreux savoirs, savoir-faire et savoir-être sont nécessaires pour présider le comité d’audit. Mais, les compétences indispensables qui sont les vrais piliers d’un mandat réussi sont l’expérience en tant que directeur financier, le scepticisme et la relation forte avec la direction. C’est de cette manière que votre président du comité d’audit remplira pleinement ses missions hautement capitales.

 

Accueil et formation d’un nouveau membre du comité d’audit.

Les premiers jours dans une entreprise sont déterminants pour tout employé – ils le sont d’autant pour les administrateurs. Découvrez, dans notre livre blanc, les témoignages d’administrateurs du monde entier sur l’importance d’une bonne formation et ce qui fait un accueil réussi. Télécharger le livre blanc gratuitement.

BLOGS À NE PAS MANQUER