Meilleures pratiques

Les indicateurs ESG rentrent à la bourse avec le CAC 40 ESG

Le 22 mars 2021, Euronext a lancé la dernière version de son indice boursier de référence : le CAC 40 ESG. Une décision lourde d’impacts en France, où le CAC 40 supporte la visibilité et la crédibilité de nombreux groupes. Ce nouvel indice s’appuie donc sur les indicateurs ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) pour permettre de donner une dimension durable et socialement responsable aux investissements. Quels effets cet indice ESG a-t-il sur la composition du CAC 40 ? Et sur les stratégies d’entreprises ?

Euronext déploie le CAC 40 ESG

La place boursière européenne Euronext s’inscrit dans une tendance qui marque les placements depuis quelques années : l’investissement qui a du sens. En 2019, l’encours sur les fonds ESG représentait effectivement 546 milliards d’euros. C’est 21% de plus qu’en 2018, selon ABC Bourse dans son article sur le CAC 40 ESG.

L’autre intérêt d’un indice boursier inspiré du scoring ESG consiste à simplifier l’accès des épargnants aux marchés financiers. Objectif : investir en bourse sans avoir de connaissances particulières sur le sujet, grâce à des outils qui copient le cours des actions.

Dans les faits, cette version du CAC 40 lancée le 21 mars dernier ne modifie pas beaucoup sa composition initiale. Le panel des entreprises éligibles à cet indice reste effectivement assez restreint. Il se limite au “Large 60”, c’est-à -dire aux 40 valeurs de référence, auxquelles on ajoute les 20 titres du CAC 40 Next 20.

Lire aussi : Administrateurs, pourquoi s’engager dans une démarche RSE ?

Que signifie le CAC 40 ESG pour les grands groupes français ?

Les sociétés françaises prennent la mesure de la demande sociétale sous-jacente à l’apparition du CAC 40 ESG, et plus généralement à celle des indicateurs ESG. Leur déploiement reflète les nouvelles préoccupations des actionnaires, et donc de nouveaux facteurs essentiels à l’afflux de liquidités sur le marché.

Soucieuses de maintenir leur capacité à lever des fonds, de plus en plus de sociétés investissent dans différentes dimensions propres aux critères ESG. Pour rappel, les indicateurs Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance reposent sur trois domaines extra-financiers pour qualifier une gestion socialement et sociétalement responsable :

  • Une dimension environnementale et écologique avec la gestion des déchets, la baisse des émissions de gaz à effets de serre et la prévention des risques environnementaux ;
  • Un aspect social qui comprend le respect des lois salariés, le dialogue social, la formation et la prévention des accidents du travail ;
  • Le critère gouvernance, qui s’appuie sur la structure de gestion, l’existence d’un comité de vérification des comptes et l’indépendance des conseils d’administration.

L’ensemble de ces critères ESG doit permettre de mesurer l’impact environnemental des entreprises. Ils permettent aussi d’évaluer leur responsabilité vis-à-vis des parties prenantes que sont les clients, les salariés, les partenaires et les sous-traitants.

Toujours selon ABC Bourse, l’implication croissante de ces indicateurs ESG dans l’investissement boursier a donné lieu à d’importantes modifications stratégiques dans les entreprises du CAC 40 :

  • Baisse des investissements dans les énergies fossiles que sont le pétrole et le charbon, entre autres ;
  • Amélioration de la mixité des instances de gouvernance pour une meilleure représentation des femmes ;
  • Transparence plus nette dans la rémunération des dirigeants.

Pourquoi les critères ESG incarnent-ils une tendance inévitable ?

La gouvernance d’entreprise durable fait l’objet de consultations publiques de la Commission européenne. Parallèlement, le président Macron fait de la RSE une de ses priorités à Davos. Plusieurs signaux laissent donc penser que les entreprises françaises ne vont plus pouvoir se passer d’une définition claire de leurs critères ESG. Pour en savoir plus, consultez notre article CA : revoir les critères ESG pour qu’ils boostent l’entreprise.

Quelles sont les sociétés qui s’adaptent au scoring ESG et profitent donc du CAC 40 ESG ?

Intégrer les indicateurs ESG dans la composition de l’indice Euronext marque un changement de paradigme dans l’investissement boursier. Cet indice va permettre la création de supports d’investissements spécifiques, via les “fonds indiciels cotés” (ou Exchange-Traded Fund, ETF).

Lyxor, BNP Paribas AM et Amundi ont déjà exprimé leur intérêt d’épargnants pour ces instruments qui permettent de donner une dimension socialement responsable à leur épargne.

Dans sa nouvelle version, bien que l’indice CAC 40 ESG ait une composition proche de l’ancien, on note quand même des variations de classement :

  • Certaines sociétés apparaissent : Accor, Arkema, EDF, Gecina, Klepierre, Sodexo, Solvay, Suez et Valeo ;
  • D’autres s’en vont : Airbus, Alstom, Arcelormittal, Dassault Systemes, Essilor Luxottica, Hermès, Saint-Gobain, Thales et Total.

Air Liquide poussent ses indicateurs ESG en mars 2021

Air Liquide, grand nom des gaz industriels français, a été l’un des premiers groupes de son secteur à se lancer des “objectifs Climat » dans le cadre de sa stratégie RSE. Si, jusqu’ici, cette ambition reposait notamment sur l’investissement dans l’hydrogène et le biométhane, le groupe a encore précisé son plan RSE le 23 mars 2021 dernier.

Les nouveaux objectifs de développement durable Air Liquide s’appuient sur trois aspects :

  • La réduction des émissions de CO2 pour se dresser comme une société “bas carbone ». Cet engagement incarne un souci du changement climatique et de la transition énergétique. Il vise une neutralité carbone d’ici à 2050.
  • Les soins aux patients : Air Liquide fait partie des acteurs mondiaux de la santé. L’entreprise entend donc agir sur deux fronts pour affirmer son engagement sociétal. Elle veut améliorer la qualité de vie des malades chroniques dans les “économies matures” dans un premier temps. Elle a aussi pour ambition de simplifier l’accès à l’oxygène médical dans les communautés rurales des “pays à revenu faible et intermédiaire”.
  • Appliquer les meilleures pratiques de gouvernance, au bénéfice de collaborateurs. Le groupe s’engage notamment à proposer une couverture sociale de base à tous ses employés. Il vise aussi des pratiques au service de la diversité et de la mixité, avec l’objectif d’atteindre 35% de femmes cadres ingénieures d’ici 2025. Côté gouvernance, Air Liquide vise un CA indépendant et diversifié, soucieux d’éthique et de dialogue avec les actionnaires.

Vous voulez investir dans la communication avec vos parties prenantes, sans prendre de risque lié à la sécurité de vos informations et données confidentielles ? Diligent Boards se destine aux conseils d’administration pour favoriser leurs séances en ligne, la sécurisation de leurs échanges et l’automatisation des tâches les plus chronophages, comme les procès-verbaux. Demandez-nous une démo adaptée à votre entreprise pour en savoir plus.

BLOGS À NE PAS MANQUER