Gouvernance

Pourquoi écrire la raison d’être de votre entreprise ?

Définir sa raison d’être peut représenter bien des atouts pour une entreprise. En effet, cette nouvelle possibilité est instituée depuis le 11 avril 2019 par la Loi PACTE (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) et issue du rapport Notat-Senard. Elle a été suivie d’un fort engouement des grandes sociétés françaises. Inscrite dans leurs statuts, elle doit donner du sens à l’action de l’organisme en le caractérisant et lui donnant un cap à long terme. Mais, face aux risques d’en faire un slogan publicitaire, il importe de replacer ses bénéfices au cœur de la réflexion pour qu’elle soit pleinement efficace et utile.

 

1. La raison d’être permet de renforcer la motivation et l’engagement de tous les acteurs de l’entreprise

 

Établir la raison d’être de son entreprise est une façon efficace de consolider la motivation et l’engagement de tous ses acteurs. C’est grâce à l’implication qu’elle induit de toutes les parties prenantes (direction, partenaires sociaux, comité exécutif, administrateurs, employés, fournisseurs…) autour de valeurs communes.

L’élaboration de cette juste expression qui va porter l’entreprise est un projet qui va embarquer toute la structure. Il ne s’agit pas juste de quelques discussions entre les membres du top management. Il ne peut non plus être uniquement question d’un travail externalisé à quelconque cabinet de conseil.

L’implication du conseil d’administration est d’ailleurs primordiale. Il faut bien noter que la raison d’être doit faire l’objet d’une validation du conseil et de l’assemblée générale, au sens de l’article 1835 du Code civil. Pour mémoire, ce dernier affirme : « Les statuts peuvent préciser une raison d’être, constituée des principes dont la société se dote et pour le respect desquels elle entend affecter des moyens dans la réalisation de son activité ». Des groupes de travail vont participer à sa définition après avoir listé des propositions de textes à débattre.

En outre, ce projet est utile à la mobilisation de tous les salariés. Ce sont eux qui, quotidiennement et durant des décennies, vont porter les valeurs que recèle cette phrase. Ils vont pouvoir mobiliser leur temps et leurs moyens à déterminer l’expression exacte qui fondera leur engagement de long terme. Elle va donner un sens profond à leur travail.

 

2. Elle représente un levier pour atteindre les objectifs de la société

 

Par ailleurs, un autre bénéfice notable de la raison d’être est qu’elle permet d’atteindre les objectifs de l’entreprise et sa transformation plus facilement et plus rapidement. Elle représente, en effet, un outil pour avoir un but distinct qui va accompagner la démarche et la stratégie de long terme de la société.

Véritable projet entrepreneurial, cette expression notée dans les statuts de l’organisme va donner une ligne directrice claire, précise et partagée. Elle va servir de vecteur stratégique à la structure et à tous les métiers la composant. Pour ce faire, elle doit synthétiser des aspirations diverses à travers toute la structure.

Dès lors, elle va reprendre les engagements pris par l’entreprise à différents niveaux, dans le reporting RSE (Responsabilité sociale d’entreprise) en particulier. C’est de cette façon qu’elle pourra constituer une efficace boussole pour la stratégie et la gouvernance de tout l’organisme.

La raison d’être est également un outil de transformation de l’entreprise. Une fois définie, elle peut conduire à des réorganisations internes. En effet, pour répondre à l’exigence qu’elle renferme, la société peut devoir revoir ses axes de développement.

Aussi, elle n’est ni vide de sens, ni vaine d’implication. Il est nécessaire de lui associer des indicateurs, voire un véritable comité de suivi. Elle va guider l’entreprise vers un but mobilisateur et impliquant qui va aider à orienter l’action. Agissant tel un juge arbitre, elle représente des engagements et objectifs auxquels la société doit en permanence se conformer.

 

La raison d’être, vecteur d’une gouvernance moderne au service des performances de l’entreprise

La gouvernance moderne consiste à placer cette pratique au cœur de la stratégie de l’entreprise pour en faire un axe de création de valeur. Votre entreprise dispose-t-elle des outils et expertises nécessaires pour mettre en place ou développer une gouvernance moderne ? Discutez de vos pratiques de gouvernance et de votre projet avec notre équipe.

 

3. Renforcer l’image de marque de l’organisme grâce à sa raison d’être

Le troisième atout majeur pour une entreprise dotée d’une raison d’être est d’améliorer son image de marque. En effet, en la définissant de façon forte, convaincante et en ligne avec la stratégie de l’entreprise, son rayonnement est bien plus notable et positif. Certaines entreprises, comme Danone, affirment même qu’elle leur permet d’être plus attractives auprès des investisseurs.

Avec une expression réellement compréhensible, la valorisation de la société va intervenir sur tout son écosystème. L’ensemble des parties prenantes, particulièrement les clients, vont pouvoir adopter la raison d’être.

C’est pourquoi elle ne doit pas être un slogan publicitaire qui ne peut alors qu’être rapidement mis de côté et oublié. Elle doit chercher le juste équilibre entre les objectifs rationnels d’accroissement des bénéfices de l’entreprise et la phrase trop angélique, vertueuse et naïve. Il faut prêter attention à la vision excessive : trop « Bisounours » ou « greenwashing », comme à l’expression trop prudente ou insipide. Respectant l’objet social de la société, elle doit pourtant indiquer un intérêt collectif qu’elle doit chercher à atteindre.

En outre, la raison d’être est un levier de mobilisation de partenaires financiers, tels que les banques. Elle va ouvrir la voie des emprunts à impacts agrémentés d’indicateurs spécifiques.

 

Pour résumer, inscrire sa raison d’être dans ses statuts est une façon de « faire comprendre ce qu’est l’entreprise, ce qu’elle veut être et comment elle va le faire », selon Errol Cohen, avocat au barreau de Paris et spécialiste des sociétés à mission. Pour pouvoir jouir au maximum de ses bénéfices, elle doit être « pertinent[e], structurant[e], ambitieu[se] et impactant[e] » pour Mélanie Czepik, chargée de mission RSE à l’ORSE (Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises).

 

Tendances de gouvernance

La RSE est un enjeu clé du 21ème siècle, de plus en plus médiatisé et au cœur des décisions économiques. Découvrez les autres tendances de gouvernance pour l’année 2020 ici.

BLOGS À NE PAS MANQUER