Gouvernance

Qu’est-ce-qu’une bonne gouvernance d’entreprise en 2020 ? Tendances vs réalité

L’essor de la bonne gouvernance d’entreprise est un sujet d’actualité au centre des réflexions dans les sociétés françaises. Les conseils d’administration sont au premier rang des organes concernés par cette question. Notre groupe Diligent a publié un livre blanc en début d’année 2020 sur les perspectives d’avenir des conseils. Découvrez les tendances qu’il exposait et ce qu’il s’est réellement passé.

 

Quelles sont les tendances de la bonne gouvernance d’entreprise ?

 

À travers le livre blanc « Perspectives d’avenir : prévisions 2020 », nous avons cherché à mettre en exergue les grandes tendances de la bonne gouvernance pour cette année. Nous en avons principalement noté quatre : une plus grande digitalisation, le développement des pratiques RSE (Responsabilité sociale des entreprises), la diversité au sein des entreprises et la détermination de la raison d’être.

La digitalisation du modèle d’informations pour les administrateurs

Si un mouvement de dématérialisation de la gestion des conseils d’administration s’observe depuis de nombreuses années, il s’accentue en 2020. Dans notre livre blanc, nous avons repris cette tendance de la digitalisation des activités des administrateurs permettant une bonne gouvernance d’entreprise.

Le papier pour la documentation et la réunion physique pour l’organisation des débats sont de moins en moins la réalité de la vie des conseils. La mise en place de séances trimestrielles était auparavant la norme. La transmission de dossiers en format papier à l’ensemble des membres du conseil avant une réunion en présentiel aussi. En 2020, la tendance numérique s’accélère encore.

Les solutions digitales se sont développées ainsi que la mondialisation. Les possibilités de connexion sont ainsi devenues bien plus importantes. Associée à l’avènement des cyber-risques, des nouveaux enjeux des médias sociaux et de l’activisme, cette transformation digitale se propage dans les conseils.

La RSE, comme vecteur de bonne gouvernance d’entreprise en 2020

Au début de l’année 2020, nous faisions part de l’importance grandissante de la RSE au sein des stratégies des sociétés. Ainsi, elle impacte davantage les salaires des cadres dirigeants.

S’il s’agit d’une tendance que nous observions déjà en 2019, elle s’accélère en 2020. Elle trouve ses origines dans les comportements des actionnaires institutionnels qui se focalisent davantage sur le dynamisme à long terme de leurs portefeuilles et sur les facteurs ESG (Environnementaux, sociaux et de gouvernance) associés à un risque potentiel.

La prise en compte de la diversité des conseils d’administration

La diversité de genre est une question intégrée dans les réflexions sur la composition des conseils d’administration depuis plusieurs années. Avec la mise en application progressive de la loi Copé-Zimmermann, la féminisation des conseils a pu largement progresser et évolue encore.

Mais aujourd’hui les conversations autour de la diversité des conseils tendent à s’élargir sur d’autres aspects. Nous l’avons constaté lors du Diligent Directors’ Experience. Les réflexions portent bien plus sur la solidité des conseils d’administration et le bon ensemble de compétences qu’ils doivent offrir.

Aussi, la problématique du recrutement de nouveau membre évolue. Il n’est plus uniquement question d’intégrer certaines compétences et critères individuels. D’autres paramètres rentrent en ligne de compte. Dès lors, la diversité dans les conseils est aussi affaire de compétences non techniques, de dynamiques interpersonnelles et de possibilité d’interactions entre les membres.

De plus, face aux évolutions en marche, il importe de faire évoluer les matrices des compétences utilisées pour faire progresser la bonne gouvernance d’entreprise. Des nuances additionnelles doivent les compléter, notamment sur les enjeux technologiques, de cybersécurité et du numérique.

 

Intéressé par la diversité dans les conseils d’administration ? Découvrez l’article de Viviane de Beaufort sur le blog de Diligent

Viviane de Beaufort, professeure à l’ESSEC Business School, partage sa vision de la diversité dans les conseils en France et le chemin qu’il reste à parcourir. Découvrez tout l’article ici !

 

La raison d’être pour avancer vers une meilleure gouvernance d’entreprise

Depuis l’adoption de la Loi PACTE (Plan d’action pour la croissance et la transformation de l’entreprise) en 2019, de plus en plus de sociétés décrivent leur raison d’être et l’intègrent à leurs statuts. Notre livre blanc met en avant le fait que les entreprises qui ne seraient pas en mesure de répondre aux interrogations fondamentales qu’elle pose risqueraient de se retrouver en 2020 en mauvaise posture.

Définir sa raison d’être est un vecteur de bonne gouvernance d’entreprise, car elle implique une réflexion de fond. En effet, les sociétés françaises doivent prendre en compte les intérêts de diverses parties prenantes et impliquer un public plus large dans la définition de leur mission, de leurs valeurs et de leurs processus.

 

Où en sont les avancées dans la gouvernance des sociétés en France en 2020 ?

 

L’année 2020 restera dans l’histoire marquée par la pandémie de la Covid-19 et ses conséquences. Aussi, il est vrai que de nombreux bouleversements ont eu lieu cette année. Mais, bien qu’elle ne soit pas terminée, des avancées en matière de bonne gouvernance d’entreprise sont à noter.

Tout d’abord, il a été repéré que de plus en plus d’entreprises ont pris le sujet de la raison d’être à bras-le-corps. Aussi, une soixantaine d’entreprises l’ont définie et une vingtaine d’entre elles sont devenues des entreprises à mission, selon le Comité d’évaluation de la loi mis en place par France Stratégie.

Ensuite, la crise du coronavirus a accéléré la digitalisation des entreprises, bien que parfois celle-ci passe par la mise en place de solution d’urgence. Ainsi, nous avons pu observer la mise à disposition des administrateurs d’outils digitaux de collaboration et de prise de décision à distance, comme des portails digitaux, des solutions de signature électronique ou encore des espaces de collaboration pour les réunions. D’autres façons de travailler tendent à se développer et vont sûrement perdurer après la crise sanitaire.

Davantage de sociétés se tournent vers des solutions numériques pour gérer les conseils d’administration. Elles cherchent ainsi à proposer toujours plus d’options qui préservent la santé des différents intervenants, notamment avec le télétravail.

En outre, la RSE prend une place grandissante dans les entreprises et les conversations. Cela s’observe, par exemple, à travers le plan de relance du président de République française, Emmanuel Macron. La politique de rémunération des administrateurs est elle aussi impactée.

 

En conclusion, l’année 2020 a été marquée par la raison d’être, la digitalisation des entreprises et la RSE. Les chantiers de bonne gouvernance d’entreprise de 2020 vont continuer à exister en 2021. Nous retrouverons notamment les questions de cybersécurité, de travail à distance et de RSE.

 

Retrouvez tous les livres blancs de Diligent

Leadership, tendances de gouvernance, meilleures pratiques du conseil, retrouvez tous nos livres blancs ici.

BLOGS À NE PAS MANQUER