Gouvernance

Qui sont les actionnaires activistes en France et que font-ils ?

L’actionnaire activiste est une personne physique ou morale qui prend une participation minoritaire dans une entreprise et influence grandement sa stratégie. Il cherche ainsi le plus souvent à maximiser sa rentabilité en stimulant la création de valeur de la société. Ainsi, sans prendre le contrôle de la compagnie, un fond activiste la remodèle en profondeur pour des résultats notables. Les médias font régulièrement état de leur intervention dans de grandes sociétés cotées, en particulier françaises.

 

Comment fonctionne un actionnaire activiste ?

 

Un actionnaire activiste peut être un individu, mais est généralement un fond d’investissement. Il va prendre une petite part de capital d’une société, puis impulser des changements conséquents dans cette dernière. Ces modifications importantes vont impacter fortement la stratégie et / ou la direction de l’entreprise. Une fois son objectif atteint, il quitte l’entreprise.

Un fond activiste est généralement considéré aujourd’hui comme une menace pour l’entreprise. Il provoque de grands bouleversements radicaux dans l’entreprise « attaquée », notamment au niveau du management et se sépare d’actifs jugés trop peu rentables. Malgré une crainte côté français de cet actionnaire activiste (généralement étranger), il réussit toutefois à créer de la valeur qui est retranscrite dans l’augmentation de la valeur boursière de la société.

L’émergence de ce phénomène répond par ailleurs à une critique adressée aux actionnaires. De nombreux acteurs leur reprochent de mal remplir leur mission en se montrant trop complaisants ou pas assez regardants sur le travail du management des sociétés. De plus, ce nouveau phénomène est aussi une réponse face à certains dirigeants d’entreprise qui défendent parfois leurs propres intérêts plutôt que ceux de leur société. Les actionnaires activistes sont extrêmement investis dans le contrôle des dirigeants des entreprises dans lesquelles ils prennent des parts.

 

Quels sont les objectifs d’un fond activiste ?

 

Le plus communément, un actionnaire activiste agit dans le but d’accroître la rentabilité de son investissement en maximisant la valeur de l’action durant son passage dans le capital de la société. Il va donc chercher à viser des sociétés sous-valorisées. En effet, son objectif ne peut se décliner que si ladite société est peu performante et que son redressement est jugé à la portée de l’actionnaire.

C’est dans cette optique qu’il va pousser à la modification de la politique stratégique de l’entreprise. Ainsi, les changements produits vont concerner des actions permettant de générer davantage de création de valeur. Il s’agit le plus souvent de la révision d’axes de développement stratégique de la compagnie, de la restructuration du management considéré inefficace, de la conclusion de nouvelles alliances ou encore de la cession d’actifs non stratégiques.

Outre cet objectif purement financier, il arrive parfois qu’un fond activiste ait un objectif social ou environnemental. C’est une nouvelle forme d’activisme prise par certains fonds d’investissement qui ont pour but d’impulser des stratégies d’entreprise davantage axées sur le développement durable.

 

Optez pour une gouvernance au service de la compétitivité de votre entreprise

 N’attendez pas d’être la cible d’un fond activiste pour moderniser votre gouvernance. Véritable levier de performance, une gouvernance dans l’air du temps vous permet de prendre les bonnes décisions au bon moment. En optant pour un portail digital, vous numérisez vos documents pour une sécurité et une réactivité inégalée. Découvrez-en plus ici.

 

Quelles sont les méthodes d’un actionnaire activiste ?

 

Pour que les changements voulus soient mis en œuvre, l’actionnaire activiste dispose schématiquement de deux moyens d’action.

D’un côté, il peut s’appuyer sur le droit des sociétés. Celui-ci précise en effet qu’un actionnaire, même minoritaire, peut demander des comptes au management de la société.

De plus, il va savoir s’appuyer sur les dispositions législatives adéquates. Ainsi, la loi « visant à reconquérir l’économie réelle » du 29 mars 2014, dite « loi Florange », va lui être utile. Elle prévoit qu’au-delà de 2 ans, un actionnaire bénéficie d’un double droit de vote lui permettant de peser plus de poids sur les décisions de la société.

D’un autre côté, le fond activiste peut chercher à s’appuyer sur la puissance médiatique pour infléchir la politique de l’entreprise. C’est un moyen de convaincre les autres actionnaires du groupe de suivre ses préconisations en faisant part de ses ambitions pour la société et en démontrant ses arguments. Cela permet aussi d’interpeller le management de la compagnie pour le faire réagir, voire le convaincre du bien-fondé de la nouvelle stratégie proposée.

 

Qui sont les actionnaires activistes en France ?

 

De plus en plus de fonds activistes « s’attaquent » à de grandes sociétés françaises. Le nombre d’entreprises concernées augmente d’année en année selon le cabinet FTI Consulting : d’une seule en 2014 à une dizaine en 2017. De grands noms de l’économie hexagonale ont été concernées : Nestlé, Nexans, Casino, Safran, Danone, Vivendi…

À titre d’exemple, citons l’acquisition en décembre 2018 de 2,5 % du capital de Pernod Ricard par l’actionnaire activiste Elliott Management. Cet hedge fund new-yorkais réputé a ainsi immédiatement fait grimper le cours boursier de la société de spiritueux. Dès son arrivé dans l’actionnariat du groupe, il a transmis un communiqué de presse faisant état de son analyse critique quant à la stratégie actuelle de la société tricolore et affichant ses priorités stratégiques. Dès le mois de janvier suivant, le groupe Pernod Ricard informait d’un changement de vice-présidence du conseil d’administration et d’administrateur référent.

Un autre exemple notable en matière de fonds activistes est celui de la société agroalimentaire Danone. Le fonds d’investissement américain Corvex Management aurait acheté en 2017 environ 1 % du capital du groupe français pour 400 millions de dollars, selon les estimations de l’agence de presse financière Bloomberg. L’objectif affiché par le fonds concerne l’amélioration des performances financières du leader hexagonal Danone. Malgré l’ambition de positionner la société sur des valeurs sociales et environnementales, son dirigeant, Emmanuel Faber, a montré à Corvex qu’il l’entendait parfaitement. Il a ainsi défini un objectif de croissance bien plus ambitieux que les années précédentes.

 

En conclusion, certains diront qu’un actionnaire activiste remue un actionnariat et un top management quelque peu endormis, d’autres qu’il ne voit dans une entreprise que sa performance financière et d’autres encore qu’il ne vise qu’à l’irréprochabilité de sa gestion et à l’amélioration de sa gouvernance. Toujours est-il que l’impact positif des investisseurs activistes sur la valorisation boursière des sociétés attaquées a été constaté à court, moyen et même long terme. Ce type d’investisseurs semble donc une réalité faite pour durer que les sociétés cotées doivent prendre en compte.

 

Préparez votre conseil à la montée des fonds activistes

Et si votre entreprise disposait des mêmes informations que les fonds activistes pour prendre des décisions stratégiques ? Découvrez Diligent Nominations, le module du Governance Cloud qui analyse la santé, les forces et faiblesses de votre entreprise en s’appuyant sur les mêmes données que celles utilisées par les fonds activistes. En savoir plus.

 

BLOGS À NE PAS MANQUER